Sciences de chez Nous

REPERTOIRE DES LABORATOIRES & CENTRES DE RECHERCHE EN AFRIQUE DE L'OUEST FRANCOPHONE

Mettez en lumière votre laboratoire scientifique en Afrique de l'Ouest francophone en l'enregistrant sur Sciences de chez nous !" Cliquez ici

OPPORTUNITÉ

Le saviez-vous ? En Afrique, il existe un prédateur encore plus redoutable que les lions !

Avec leurs pattes tranchantes, maniées par une masse ondulante de muscles purs, leurs yeux perçants, leurs réflexes agiles et leurs mâchoires à crocs écrasants, les lions ne sont certainement pas des prédateurs avec lesquels la plupart des animaux ont intérêt à s'amuser. D’autant plus qu’ils ont également l’intelligence de chasser en meute.

« Les lions sont les plus grands prédateurs terrestres chassant en groupe sur la planète et devraient donc être les plus effrayants », déclare Michael Clinchy, biologiste de la conservation à l’Université Western au Canada.

Cependant, dans plus de 10 000 enregistrements de la faune sauvage de la savane africaine, 95 pour cent des espèces observées ont réagi avec bien plus de terreur au bruit d’une bête totalement différente. Cet animal n’est même pas techniquement un prédateur suprême. C’est nous : les humains.

Nous sommes des monstres qui se cachent sous les lits d’autres mammifères.

« La peur des humains est enracinée et omniprésente »,  explique Clinchy. « Il y a cette idée que les animaux vont s’habituer aux humains s’ils ne sont pas chassés. Mais nous avons montré que ce n’est pas le cas. »

Dans le cadre d’expériences, Liana Zanette, écologiste à l’Université Western, et ses collègues ont fait entendre une série de vocalisations et de sons aux animaux dans des points d’eau du parc national du Grand Kruger en Afrique du Sud et ont enregistré leur réponse.

Cette zone protégée abrite la plus grande population mondiale de lions ( Panthera leo ) , ce qui fait que les autres mammifères sont bien conscients du danger que représentent ces félins carnivores.

Les chercheurs ont diffusé des enregistrements de conversations humaines dans plusieurs langues locales, dont le tsonga, le sotho du nord, l’anglais et l’afrikaans, ainsi que des sons associés à la chasse humaine, tels que les aboiements de chiens et les détonations de fusils. Ils ont également diffusé les sons des lions communiquant entre eux.

« Le point essentiel est que les vocalisations des lions sont semblables à des grognements et à des murmures, presque comme une ‘conversation’, et non pas à des rugissements les uns contre les autres », , explique Michael Clinchy, biologiste de la conservation à l’Université Western au Canada. « Ainsi, les vocalisations des lions peuvent être directement comparées à celles des humains lorsqu’ils conversent. »

Cependant, tous les sujets de l’expérience n’ont pas bien réagi aux efforts des chercheurs.

« Une nuit, l’enregistrement des lions a tellement irrité un éléphant qu’il a chargé et détruit tout sur son passage », se souvient Liana Zanette, écologiste à l’Université Western, faisant référence à la configuration de la caméra.

Il semble que la réponse des animaux ait été appropriée ! Presque toutes les 19 espèces de mammifères observées lors de ces expériences étaient deux fois plus enclines à quitter les points d’eau lorsqu’elles entendaient des humains parler que lorsqu’elles entendaient des lions rugir ou même des sons de chasse. Parmi ces mammifères, on compte des rhinocéros, des éléphants, des girafes, des léopards, des hyènes, des zèbres et des phacochères, certains d’entre eux pouvant être des prédateurs redoutables en eux-mêmes.

Cependant, la peur que ces créatures inspirent ne nous empêche que rarement de décider de leur sort. Qu’il s’agisse d’abattre d’énormes mammouths ou de domestiquer le prédateur moderne le plus dangereux, l’homme relève tous les défis qui se présentent.

En tant  qu’animal de loin le plus meurtrier de la planète  et l’un des moteurs majeurs de l’évolution, les humains ont malheureusement suscité chaque battement de terreur palpitante que nous avons instillé chez les autres espèces.

« C’est spécifiquement l’audition des vocalisations humaines qui a provoqué la plus grande peur », note l’équipe dans son article, « ce qui suggère que la faune sauvage reconnaît les humains comme la véritable menace, tandis que les perturbations associées, telles que les aboiements de chiens, ne sont que des substituts moins effrayants. »

Étant donné l’omniprésence actuelle des humains, échapper à notre présence ne sera qu’une situation temporaire, ce qui signifie malheureusement que ces mammifères continueront à être confrontés à leurs peurs.

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les populations déjà en déclin de nombreuses espèces de la savane, notamment les girafes. Comme le  suggèrent les recherches précédentes de l’équipe, la persistance de la peur peut, à elle seule, réduire les populations d’animaux proies au fil des générations.

Cependant, les biologistes de la conservation pourraient utiliser ces connaissances pour aider ces espèces. En diffusant des conversations humaines dans les zones de braconnage bien connues en Afrique du Sud, ils espèrent éloigner le rhinocéros blanc du Sud, une espèce en voie de disparition.

« Je pense que l’omniprésence de la peur au sein de la communauté des mammifères de la savane témoigne de manière significative de l’impact environnemental des humains », déclare Liana Zanette. « Pas seulement en raison de la perte d’habitat, du changement climatique et de l’extinction d’espèces, qui sont tous des facteurs importants, mais le simple fait de notre présence dans ce paysage est un signal de danger suffisant pour provoquer des réactions très fortes. Ils ont une peur bleue des humains, bien plus que de tout autre prédateur. »

Cette étude a été publiée dans la revue Current Biology.

•••••

Cet article a été premièrement publié en anglais sur Science Alerte et traduit en français par Rose Lamah. L’article a été approuvé pour publication par la rédactrice en cheffe de Sciences de chez Nous, Fatimatou Diallo. 

➤ Bien que nous ayons mis en place un processus éditorial robuste et bien rodé, nous ne sommes qu’humains. Si vous repérez des erreurs ou des coquilles dans nos productions, veuillez-nous en informer par courriel à l’adresse : correction@sciencesdecheznous.com.

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.