Sciences de chez Nous

Search

REPERTOIRE DES LABORATOIRES & CENTRES DE RECHERCHE EN AFRIQUE DE L'OUEST FRANCOPHONE

Mettez en lumière votre laboratoire scientifique en Afrique de l'Ouest francophone en l'enregistrant sur Sciences de chez nous !" Cliquez ici

OPPORTUNITÉ

Cancer au Mali : un nouveau guide alimentaire pour sauver des vies ?

Face à la hausse des cas de cancer liés à la malbouffe, des experts maliens appellent à l’élaboration d’un guide alimentaire adapté aux besoins et aux ressources du pays. Un projet qui vise à préserver la santé et l’économie des Maliens.

En 2020, le Mali a enregistré environ 14 000 nouveaux cas de cancer, d’après l’agence internationale de recherche contre le cancer. Parmi eux, près de 4 400 concernaient le cancer du sein et du col de l’utérus. Ces chiffres, bien qu’encore sous-estimés, mettent en évidence l’ampleur de la situation, soulignant ainsi l’urgence de mesures préventives à l’échelle nationale.

Dans ses travaux publiés en 2021, docteur Bakary Barry déclare qu’«au Mali, le cancer colorectal et de l’estomac sont parmi les cancers digestifs les plus fréquents. »  Il identifie entre autres, la consommation de graisse animale, l’alcool et le tabagisme comme des facteurs aggravants le cancer colorectal. 

Interrogé par Sciences de chez nous (SDCN), Bah Kéita, Professeur des Facultés de médecine, chercheur et ancien haut fonctionnaire des Nations Unies, qualifie ces habitudes alimentaires et comportementales de « malbouffe ». 

Actuellement président de l’Association malienne des anciens fonctionnaires des Nations unies (AMAFINU), le Professeur Bah Kéita a organisé une conférence à Bamako le 22 décembre 2023. Son objectif : sensibiliser à l’importance d’une alimentation saine pour la santé. 

Lors de cette conférence co-animée avec la docteure Aminatou Oumar, spécialiste en nutrition à l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO Mali), un appel a été lancé  en faveur de l’élaboration d’un guide alimentaire national, adapté à chaque région. « Ce document, d’une importance capitale pour le pays, doit promouvoir une alimentation saine et équilibrée.»

Selon Bah Kéita, les Maliens consomment trop de produits ultra-transformés, de viande rouge, de charcuterie et de tabac. Des habitudes alimentaires qui augmentent le risque de maladies chroniques, comme le cancer, les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’obésité et l’hypertension artérielle. Cette dernière touche 15% de la population malienne.

Si l’accent a été mise sur le cancer et d’autres maladies du système digestif lors de la conférence , il est important de souligner qu’une enquête scientifique américaine,  publiée en février 2019, dans l’International Journal of Food Sciences and Nutrition, a révélé qu’une mauvaise santé mentale est liée à une alimentation de mauvaise qualité. Quelles que soient le sexe, l’éducation, l’âge, la nationalité et le niveau de revenu.

Dans une interview accordée à Sciences de chez nous, Moussa Simpara, médecin nutritionniste et membre actif du Réseau malien de nutrition, souligne l’importance du guide alimentaire national.

Selon lui, en mettant l’accent sur les aliments locaux, ce guide peut soutenir l’agriculture locale et encourager la consommation de produits cultivés localement, profitant ainsi à l’économie rurale du pays.

Il ajoute que ce guide, en offrant des directives claires sur les aliments à consommer en quantités appropriées, peut aider à prévenir la malnutrition, les maladies mentales et diverses maladies liées à l’alimentation.

Recommandations FAO

La FAO recommande une approche interdisciplinaire pour créer ce guide, impliquant divers domaines tels que l’agriculture, la santé, l’éducation, la nutrition, les sciences de l’alimentation, les associations de consommateurs, les ONG, la communication et l’anthropologie. Elle souligne également que la mise en œuvre de ce guide doit être intégrée aux politiques et programmes nationaux pour garantir son efficacité.

Cette initiative vise non seulement à éduquer la population malienne sur les bienfaits d’une alimentation saine, mais aussi à prévenir des maladies potentiellement évitables, telles que le cancer. 

Cependant, sa mise en place nécessitera une approche concertée entre diverses parties prenantes, et une intégration efficace dans les politiques publiques pour un impact réel sur la santé au Mali.

••••••

Cet article a été rédigé par Rose Lamah Il a été approuvé pour publication par la rédactrice en chef de Sciences de chez Nous, Fatimatou Diallo. 

➤ Bien que nous ayons mis en place un processus éditorial robuste et bien rodé, nous ne sommes qu’humains. Si vous repérez des erreurs ou des coquilles dans nos productions, veuillez-nous en informer par courriel à l’adresse : correction@sciencesdecheznous.com.

Pour toutes autres préoccupations

Envoyez-nous un email

Contactez-nous sur WhatsApp

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.