Sciences de chez Nous

Search

REPERTOIRE DES LABORATOIRES & CENTRES DE RECHERCHE EN AFRIQUE DE L'OUEST FRANCOPHONE

Mettez en lumière votre laboratoire scientifique en Afrique de l'Ouest francophone en l'enregistrant sur Sciences de chez nous !" Cliquez ici

OPPORTUNITÉ

Un adolescent de 14 ans invente un savon contre le cancer de la peau

Un adolescent afro-américain a inventé un savon capable de traiter le mélanome, l'une des formes les plus graves de cancers cutanés. Il a été nommé "Jeune scientifique de l'année" aux États-Unis.

Entre 2 et 3 millions de cancers cutanés non mélanocytaires et 132 000 mélanomes malins sont détectés chaque année dans le monde, d’après l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Sensibilisé à ce sujet, Heman Bekele, un jeune américain de 14 ans nommé « Jeune scientifique de l’année » après avoir remporté le 3M Young Scientist Challenge, a développé un savon révolutionnaire destiné à traiter le cancer de la peau.

Un traitement abordable et accessible à tous

Dans sa vidéo de présentation pour le 3M Young Scientist ChallengeHeman Bekele détaille la composition de son produit, mis au point pour traiter les mélanomes.

Dans sa formule, on retrouve une combinaison d’acide salicylique, d’acide glycolique et de trétinoïne. « Ce sont tous des agents kératolytiques qui réactivent lentement les cellules dendritiques« , explique le jeune garçon. Comme le décrit le site monsystemeimmunitaire.com, « ces cellules agissent comme des sentinelles naturelles du système immunitaire, chargées de la recherche et la détection des agents pathogènes potentiels ».

Heman Bekele évoque au passage le prix exorbitant des traitements contre le cancer de la peau aux États-Unis : « Le prix moyen pour une opération est supérieur à 40 000 $« . En menant ce projet à bien, il espère donc apporter une solution accessible et abordable aux patient.es. Il évalue d’ailleurs le prix de fabrication d’un seul savon à 50 centimes et à 10 $ un paquet de vingt savons pouvant durer trois à quatre mois.

Un jeune homme « déterminé à rendre le monde meilleur »

Dans un entretien accordé au Washington Post, le jeune garçon explique que cette idée lui est venue lorsqu’il s’est remémoré sa vie en Ethiopie, où de nombreux travailleurs sont exposés toute la journée au soleil et à ses dangers.

Sa mentor lors de la préparation à la finale du 3M Young Scientist Challenge, Deborah Isabelle, spécialisée en ingénierie de produits abrasifs, le décrit comme « déterminé à rendre le monde meilleur pour des gens qu’il n’a pas nécessairement encore rencontrés ».

••••••

 SDCN avec Marie-Claire

➤ Bien que nous ayons mis en place un processus éditorial robuste et bien rodé, nous ne sommes qu’humains. Si vous repérez des erreurs ou des coquilles dans nos productions, veuillez nous en informer par courriel à l’adresse : correction@sciencesdecheznous.com.

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.