Sciences de chez Nous

Search

REPERTOIRE DES LABORATOIRES & CENTRES DE RECHERCHE EN AFRIQUE DE L'OUEST FRANCOPHONE

Mettez en lumière votre laboratoire scientifique en Afrique de l'Ouest francophone en l'enregistrant sur Sciences de chez nous !" Cliquez ici

OPPORTUNITÉ

Côte d’Ivoire : A la découverte d’une patate douce aux mille et une vertus

Une variété de patate douce à chair orange (PDCO), mise au point par des chercheurs du Centre national de recherche agronomique (CNRA) en collaboration avec l’organisation Helen Keller International, s’impose de plus en plus en Côte d’Ivoire.

Selon les chercheurs, cette patate, consommée sous forme de ragoût ou de bouillie après avoir été transformée en farine, constitue une réponse à la carence en vitamine A des femmes enceintes et des nouvelles mères, tout comme elle aide à faire face à la malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans.

« La carence en vitamine A menace la santé des femmes enceintes et des nouvelles mamans, car elle contribue à la mortalité maternelle et aux mauvais résultats en matière de santé pendant la grossesse et l’allaitement » soutient Pkayirigué Adama Sékongo, coordinateur terrain chez Helen Keller International à Korhogo.

“Contrairement à un certain mythe, la patate douce est un aliment souvent recommandé aux diabétiques car elle a un indice glycémique (IG) plus faible que beaucoup d’autres féculents. Cela est dû en partie à sa teneur élevée en fibres”

Jules Kouassi, université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan-Cocody

L’introduction de la PDCO en Côte d’Ivoire a été motivée par la forte prévalence de la malnutrition observée dans le pays selon des enquêtes menées en 2009 et 2010. Avec notamment 12,6% des ménages qui étaient confrontés à une insécurité alimentaire, un tiers des enfants de moins de 5 ans touchés par une malnutrition chronique et 5% par une malnutrition aiguë.

A en croire les responsables d’Helen Keller international, « la disponibilité de la PDCO dans les ménages fournirait aux femmes une source importante et peu coûteuse de provitamine A comme base pour la préparation des aliments de plus grande valeur nutritionnelle ».

L’organisation soutient que cette nouvelle approche pour lutter contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition est considérée comme plus durable que la prise de suppléments alimentaires.

La patate douce à chair orange lutte contre la malnutrition chez l’enfant, entre autres qualités. Crédit image: E. B. Dibi Konan

 

« La PDCO est riche en béta carotène et en vitamine A qui sont des micro-nutriments essentiels pour la prévention de la malnutrition et de la cécité. La vitamine A améliore en outre la croissance des enfants et renforce leur système immunitaire », affirme pour sa part Pkayirigué Adama Sékongo.

Suivez-nous sur YouTube en vous abonnant à notre chaine⇓

Selon Evrard Brice Dibi Konan, spécialiste de la patate douce et point focal du Réseau international sur la patate douce au CNRA, la patate douce à un grand atout qui est son côté nutritionnel, avec des éléments minéraux, des vitamines, une richesse en antioxydants.

Témoignage avec Dorcas Soro, présidente du groupement des femmes productrices de Komborodougou dans le nord du pays. « Cela fait trois ans que j’ai connu cette patate. Aujourd’hui, les femmes ne conduisent plus beaucoup trop les enfants en consultation médicale pour les questions de malnutrition. Or, auparavant, on avait des cas sévères mais ces derniers temps, cela n’est plus arrivé », soutient-elle.

En outre, la facilité de sa culture a suscité un vif intérêt de la population pour la PDCO, du Nord au Sud avec un rendement de l’ordre de 20 à 30 tonnes sur une période de 3 à 4 mois ; donc un cycle de production court…

Glycémie

Ainsi, entre 2017 à 2023, près de 80 groupements agricoles féminins ont été mis à contribution pour la production, puis la multiplication des boutures de cette variété de patate douce en vue de sa vulgarisation sur l’ensemble du territoire ivoirien.

Une opération visant à « améliorer l’état nutritionnel des femmes et des enfants de moins de 5 ans, notamment par  l’augmentation et la diversification de la production agricole contrôlée par les femmes, l’amélioration des pratiques de nutrition et d’hygiène, le soutien à l’équité entre les sexes et à l’autonomisation des femmes, et le renforcement des capacités des partenaires », d’après Pkayirigué Adama Sékongo.

Evrard Brice Dibi Konan souligne aussi que la forme de provitamine A que contient la PDCO « coûte moins cher que les complémentations chimiques et est facile à cultiver. La patate douce elle-même contient beaucoup de fibres qui retiennent le sucre naturellement présent dans la chair et stabilise la glycémie. »

Justement, Jules Kouassi, spécialiste en santé publique et nutrition soutient que « les patates douces stabilisent le taux de glycémie en diminuant la résistance à l’insuline grâce aux sucres naturels et aux fibres qu’elles contiennent. »

Aussi, ajoute-t-il, « contrairement à un certain mythe, la patate douce est un aliment souvent recommandé aux diabétiques car elle a un indice glycémique (IG) plus faible que beaucoup d’autres féculents. Cela est dû en partie à sa teneur élevée en fibres. ».

Pour autant, « il n’y a pas suffisamment de preuves sur l’efficacité de l’utilisation de la patate douce pour le traitement du diabète sucré de type 2 », affirme Jules Kouassi qui est par ailleurs enseignant à la chaire Unesco de l’université Félix Houphouët-Boigny à Abidjan-Cocody.

Evrard Brice Dibi Konan fait constater que « la patate douce n’avait pas fait l’objet d’une grande attention de la part du milieu de la recherche scientifique en Côte d’Ivoire par le passé ».

Ajoutant que son équipe et lui-même travaillent pour valoriser cet aliment face à de nouveaux enjeux que sont le changement climatique et son corollaire d’insécurité alimentaire pour les populations à faible revenu.

••••••

Cet article a été premièrement publié par  SciDev.net et repris sur Sciences de chez nous. 

➤ Bien que nous ayons mis en place un processus éditorial robuste et bien rodé, nous ne sommes qu’humains. Si vous repérez des erreurs ou des coquilles dans nos productions, veuillez-nous en informer par courriel à l’adresse : correction@sciencesdecheznous.com.

Pour toutes autres préoccupations

Envoyez-nous un email

Contactez-nous sur WhatsApp

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.