Sciences de chez Nous

REPERTOIRE DES LABORATOIRES & CENTRES DE RECHERCHE EN AFRIQUE DE L'OUEST FRANCOPHONE

Mettez en lumière votre laboratoire scientifique en Afrique de l'Ouest francophone en l'enregistrant sur Sciences de chez nous !" Cliquez ici

OPPORTUNITÉ

L’utilisation d’écouteurs augmente la quantité de bactéries dans les oreilles

Ces dernières décennies, plusieurs études ont établi un lien entre l’utilisation des écouteurs et une augmentation des bactéries dans le conduit auditif externe. L’intérieur des oreilles étant un endroit sombre et assez humide, il est opportun de savoir si cela induit ou non un plus grand risque d’infection.

D’une manière générale, le conduit auditif externe est sombre, humide et contient des peaux mortes ainsi que différentes substances comme le cérumen. Jaunâtre et cireux, ce dernier représente une protection contre les bactéries, les champignons ainsi que les insectes. Néanmoins, l’excès de cérumen peut conduire à une perte auditive, tout comme une mauvaise utilisation du coton-tige.

⇓⇓ Abonnez-vous à notre chaine YouTube pour ne rien manquer de nos enquêtes vidéos. ⇓⇓

Une équipe du département de microbiologie de l’Université Manipal (Inde) a publié une étude dans la revue Online Journal of Health and Allied Sciences en 2008. Or, selon les auteurs, obstruer trop souvent les oreilles avec des écouteurs ou un casque multiplie le nombre de bactéries présentes dans le conduit auditif externe. En 1992, une équipe de l’Institut de recherche médicale de la marine à Bethesda (États-Unis) a quant à elle également publié des travaux sur le sujet dans la revue Laryngoscope. Les auteurs y affirmaient que les écouteurs supra-auriculaires proposés par les compagnies aériennes contenaient onze fois plus de bactéries qu’avant leur utilisation.

écouteurs

Crédits : JLco – Julia Amaral / iStock

Un possible risque d’infection lié aux écouteurs ?

Les recherches citées s’accordent toutes sur un point : il n’y aurait pas vraiment de quoi s’alarmer. Les écouteurs de l’étude de 1992 ont peut-être vu leur quantité de bactéries multipliée par onze, mais la quantité totale restait finalement assez faible. Les chercheurs ont surtout cherché à comprendre l’origine de cette multiplication rapide. Or, il ne peut pas seulement être question d’une reproduction de bactéries intervenant après la mise en place de l’écouteur. Il semble donc que la plupart de ces bactéries étaient déjà présentes avant, certainement dans les couches profondes de la peau, mais également dans les glandes sébacées produisant le cérumen.

Ainsi, ces bactéries seraient naturellement présentes dans l’organisme pendant l’écoute de musique. Or, si notre corps est armé pour faire face à ces bactéries, rien ne prouve que ces dernières soient dangereuses. Une dernière étude parue dans le Malaysian Journal of Medical Sciences en 2002 n’a en effet relevé aucun lien entre l’utilisation d’écouteurs et les infections de l’oreille. Ainsi, si d’autres recherches ont suggéré qu’insérer et enlever souvent des écouteurs pouvait faciliter les infections, il n’y a pour l’heure aucune preuve de ce lien de cause à effet.

••••••

 SDCN avec SciencesPost

➤ Bien que nous ayons mis en place un processus éditorial robuste et bien rodé, nous ne sommes qu’humains. Si vous repérez des erreurs ou des coquilles dans nos productions, veuillez nous en informer par courriel à l’adresse : correction@sciencesdecheznous.com.

Pour toutes autres préoccupations

Envoyez-nous un email

Contactez-nous sur WhatsApp

 

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.