Sciences de chez Nous

REPERTOIRE DES LABORATOIRES & CENTRES DE RECHERCHE EN AFRIQUE DE L'OUEST FRANCOPHONE

Mettez en lumière votre laboratoire scientifique en Afrique de l'Ouest francophone en l'enregistrant sur Sciences de chez nous !" Cliquez ici

OPPORTUNITÉ

L’Afrique face aux risques liés à la sexualité : 7 mesures pour s’en protéger

Les risques liés à la sexualité en Afrique peuvent être réduits en appliquant sept piliers stratégiques recommandé par l’African Global  Health lors de la deuxième Conférence africaine sur la réduction des risques sanitaires organisée du 27 au 29 septembre 2023 à Marrakech. 

La santé sexuelle va au-delà de l’aspect médical. Elle est essentielle pour le bien-être total des personnes, des relations conjugales et familiales,  et pour le progrès économique et social des communautés. Malheureusement en Afrique, les discussions sur la sexualité restent souvent taboues, influencées par des normes sociales, religieuses ou culturelles, peu importe le lieu ou le contexte.  Cela peut rendre difficile l’accès à l’information et aux services de santé sexuelle. C’est le cas de la frigidité qui touche une femme sur deux dans le monde.

En 2022, chaque semaine, 4 000 adolescentes et jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans ont été infectées par le VIH dans le monde, et environ 77 % de ces infections se sont produites en Afrique subsaharienne. Ces données émanent des dernières statistiques sur l’état de l’épidémie de sida publiées par l’Organisation des nations unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) en 2022. 

Sur le continent, l’organisation mondiale de la santé rapporte quotidiennement près de 250 000 nouvelles infections sexuellement transmissibles (IST). Le rythme alarmant auquel « une femme meurt dans le monde toutes les deux minutes de complications liées à la grossesse ou à l’accouchement » est également inquiétant. 

Chaque année, on dénombre 80 millions de grossesses non désirées à travers le monde, entraînant 22 millions d’avortements pratiqués dans des conditions précaires.

Face à ces défis majeurs, chercheurs et hommes politiques se sont réunis à Marrakech du 27 au 29 septembre pour discuter des risques sanitaires en Afrique. Leur objectif était de proposer des solutions visant à prévenir tout risque menaçant la santé générale du continent. L’African Global Health, une organisation non gouvernementale regroupant des experts et œuvrant pour la promotion de politiques de santé publique holistiques adaptées aux réalités du continent, a tiré la sonnette d’alarme. Elle a recommandé de mettre en œuvre les stratégies suivantes pour promouvoir la santé sexuelle et prévenir les maladies sexuellement transmissibles (MST).

Stratégies pour la promotion de la santé sexuelle et la prévention des MST

Pour promouvoir la santé sexuelle et prévenir les MST, plusieurs stratégies s’avèrent cruciales. Tout d’abord, fournir une éducation sexuelle complète et précise est essentiel pour informer sur les risques associés à la sexualité. Cela inclut non seulement l’utilisation correcte des préservatifs et la prévention du VIH/SIDA, mais également l’éducation sur les différentes méthodes de contraception et la promotion de relations sexuelles saines et respectueuses.

Ensuite, garantir un accès facile et abordable aux préservatifs est fondamental pour réduire la transmission des MST, y compris le VIH/SIDA. Des programmes de distribution gratuite ou subventionnée, accompagnés de campagnes de sensibilisation, peuvent être mis en place par les gouvernements et les organisations de santé afin d’encourager leur utilisation.

Par ailleurs, faciliter l’accès aux services de dépistage et de traitement des infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH/SIDA, revêt une importance capitale. Les centres de santé et les cliniques doivent être équipés pour diagnostiquer et traiter efficacement ces infections, garantissant ainsi des soins adéquats.

De plus, offrir un accès adéquat aux méthodes de contraception modernes permet aux individus de planifier leur famille et de prévenir les grossesses non désirées. Cela contribue à réduire les risques associés à la sexualité, y compris les complications médicales résultant d’avortements non sécurisés.

Concernant les pratiques de consommation de drogues injectables, la mise en place de programmes d’échange de seringues est essentielle pour limiter la propagation des infections, notamment le VIH. Ces programmes fournissent des seringues propres aux utilisateurs de drogues, réduisant ainsi les risques d’infection.

Par ailleurs, encourager les individus à se faire dépister régulièrement pour le VIH/SIDA favorise une prise de conscience précoce de leur statut sérologique. Cela facilite l’accès aux soins et aux traitements appropriés, améliorant ainsi leur qualité de vie.

Enfin, combattre la stigmatisation et la discrimination liées à la sexualité et aux infections sexuellement transmissibles est crucial. En créant un environnement accueillant et non-jugeant, cela encourage les individus à rechercher des soins sans craindre d’être jugés ou rejetés socialement.

••••••

Cet article a été rédigé par Rose Lamah et approuvé pour publication par la rédactrice en chef de Sciences de chez Nous, Fatimatou Diallo. 

➤ Bien que nous ayons mis en place un processus éditorial robuste et bien rodé, nous ne sommes qu’humains. Si vous repérez des erreurs ou des coquilles dans nos productions, veuillez-nous en informer par courriel à l’adresse : correction@sciencesdecheznous.com.

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.