Sciences de chez Nous

Search

REPERTOIRE DES LABORATOIRES & CENTRES DE RECHERCHE EN AFRIQUE DE L'OUEST FRANCOPHONE

Mettez en lumière votre laboratoire scientifique en Afrique de l'Ouest francophone en l'enregistrant sur Sciences de chez nous !" Cliquez ici

OPPORTUNITÉ

Développement scientifique : Le Mali remporte neuf prix à l’édition 2023 de la SOACHIM

Lors de la vingt-troisième journée scientifique de la Société Ouest-Africaine de Chimie (SOACHIM), qui s'est déroulée du 7 au 11 août à Conakry, la capitale guinéenne, des chercheurs maliens ont brillamment remporté neuf des quinze prix en jeu.

Les vingt-troisièmes journées scientifiques de la SOACHIM ont accueilli 333 communications orales, 22 posters et 25 conférences, présentés par les huit pays d’Afrique de l’Ouest francophone. « Sur les quinze (15) prix disponibles, le Mali en a remporté neuf », a déclaré le Professeur Aimé Ainin Somboro, président de la section malienne de la SOACHIM, dans une interview accordée à Sciences de chez Nous (SDCN).

Les trophées attribués au Mali se répartissent dans les catégories suivantes : trois prix de la meilleure communication féminine, décernés par la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation de la Guinée, deux prix pour le plus jeune communicant, et quatre prix de la meilleure communication.

Dodo Kayentao, doctorante à la faculté des sciences et techniques (FST) de Bamako, a remporté à elle seule trois prix. Notamment, le 1er prix de la meilleure communication scientifique, le prix de la communication féminine et le prix du plus jeune communicant.

Dans la vidéo ci-dessous, la scientifique explique ses travaux sur la valorisation des déchets plastiques dans les matériaux de construction.

À Conakry, le premier prix du jeune communicant a été remporté par la Malienne Haraba Dembelé. La jeune chercheuse a mené des travaux sur les propriétés chimiques de la plante « Ficus capensis Thunb », appelée en Bambara « Seretoro », une plante utilisée dans le traitement de l’infertilité féminine au Mali. (Sa vidéo est accessible ici).

En effet, l’infertilité féminine est un problème médical touchant 44,2% de la population dans les pays en développement. Pour sa prise en charge, les populations locales ont le plus souvent recours aux plantes médicinales. L’étude d’Haraba Dembelé visait à déterminer l’activité antioxydante des extraits de feuilles, écorces et fruits de Ficus capensis. Ses résultats ont montré que la plante est riche en substances bioactives, avec un potentiel antiradicalaire, ce qui pourrait en faire un atout en faveur de son utilisation efficace par les tradipraticiens dans le traitement de l’infertilité féminine.

Sciences de chez nous a par ailleurs interviewé les lauréats et membre du bureau de la SOACHIM section Mali. Les interviews sont disponibles ici et ici.

Prochaine édition de la SOACHIM

L’édition 2023 de la SOACHIM s’est tenue sous le thème central « Chimie et Développement minier : Défis et Opportunités pour l’Afrique ». Elle a enregistré la participation d’une forte délégation malienne composée de 41 chercheurs.

Selon un rapport transmis à Sciences de chez Nous, la vingt-quatrième édition de la SOACHIM se tiendra à Yamoussoukro, la capitale politique de la Côte d’Ivoire, sous le thème « Chimie et Économie circulaire : Quelle contribution pour un développement durable des populations et des entreprises en Afrique ».

 

••••••

Cet article a été rédigé par Rose Lamah et approuvé pour publication par la rédactrice en chef de Sciences de chez Nous, Fatimatou Diallo. 

➤ Bien que nous ayons mis en place un processus éditorial robuste et bien rodé, nous ne sommes qu’humains. Si vous repérez des erreurs ou des coquilles dans nos productions, veuillez-nous en informer par courriel à l’adresse : correction@sciencesdecheznous.com.

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.