Sciences de chez Nous

Search

REPERTOIRE DES LABORATOIRES & CENTRES DE RECHERCHE EN AFRIQUE DE L'OUEST FRANCOPHONE

Mettez en lumière votre laboratoire scientifique en Afrique de l'Ouest francophone en l'enregistrant sur Sciences de chez nous !" Cliquez ici

OPPORTUNITÉ

Traitement de l’Alzheimer: Un nouveau médicament réduit d’un tiers le déclin cognitif

Le Donanemab, un médicament développé par le laboratoire Eli Lilly, suscite un véritable espoir dans la lutte contre la maladie d'Alzheimer. Les résultats encourageants d'une étude clinique démontrent son efficacité à réduire le déclin cognitif chez les patients atteints de cette pathologie dévastatrice. Malgré cette avancée prometteuse, des inquiétudes subsistent quant aux effets secondaires et nécessitent une évaluation approfondie avant une éventuelle approbation réglementaire complète.

C’est une nouvelle qui suscite un immense espoir dans la communauté médicale et auprès des familles touchées par la maladie d’Alzheimer. Le Donanemab, un anticorps monoclonal développé par le laboratoire pharmaceutique Eli Lilly, a démontré pour la première fois sa capacité à ralentir le déclin cognitif chez les patients atteints de cette maladie dégénérative du cerveau.

Dans une étude clinique publiée la revue spécialisée JAMA, 1 736 personnes âgées de 60 à 85 ans, souffrant de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce, ont été incluses. Pendant 18 mois, la moitié d’entre elles a reçu des injections mensuelles de Donanemab, tandis que l’autre moitié a reçu un placebo pour servir de groupe témoin.

Les résultats sont remarquables : le déclin cognitif des patients traités avec le Donanemab a été ralenti de 35%. Les chercheurs ont particulièrement noté une amélioration significative chez les patients aux stades moins avancés de la maladie, atteignant même jusqu’à 60% de ralentissement chez les personnes atteintes de troubles cognitifs légers. Ces résultats mettent en évidence l’importance d’une intervention précoce pour maximiser l’efficacité du médicament.

Le Donanemab cible spécifiquement les plaques bêta-amyloïdes, qui sont connues pour s’accumuler dans le cerveau des personnes atteintes d’Alzheimer. Ces plaques sont responsables de la dégénérescence des neurones, conduisant ainsi au déclin cognitif et aux symptômes de la maladie. Le médicament, administré par voie intraveineuse, détecte et détruit ces plaques, ce qui ralentit la progression de la maladie.

Des défis à relever

Malgré ces résultats prometteurs, des inquiétudes subsistent concernant les effets secondaires. Environ un tiers des participants à l’étude ont présenté des effets indésirables, principalement des œdèmes cérébraux. Trois patients ont même perdu la vie en raison de ces complications, soulevant ainsi des préoccupations concernant la sécurité à long terme du traitement. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer pleinement les risques potentiels du Donanemab.

En ce qui concerne la réglementation, le laboratoire Eli Lilly attend actuellement l’approbation de la Food and Drug Administration (FDA), l’autorité américaine de régulation du médicament, pour la fin de l’année 2023.

•••••

Cet article a été rédigé par le journaliste  Rose Lamah et édité par Tchêtché A., éditeur d’articles à Sciences de chez Nous (SDCN). Cet article a été approuvé pour publication par la rédactrice en cheffe de Sciences de chez Nous, Fatimatou Diallo. 

➤ Bien que nous ayons mis en place un processus éditorial robuste et bien rodé, nous ne sommes qu’humains. Si vous repérez des erreurs ou des coquilles dans nos productions, veuillez nous en informer par courriel à l’adresse : correction@sciencesdecheznous.com.

 

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.